On the road #1 : escapade à Valencia

Quand on ne sait pas trop où aller, l’Espagne est toujours une bonne idée (tiens, j’aurais dû bosser dans la pub moi). Et non, il n’y a pas que Madrid et Barcelone qui vaillent la peine de sauter dans l’avion : un peu moins « connue », ou en tout cas moins touristique, Valence (enfin Valencia) réserve de très bonnes surprises. Zoom sur ce petit coup de coeur de l’été.

Bienvenidos a Valencia guapos !

IMG_8944

Petites maisons colorées aux abords du Mercat Central

Tout comme Barça, Valence est très rapidement desservie par les aéroports parisiens. En 1h30 de vol à peu près, c’est plié, vous êtes au soleil, sous les palmiers. Alors autant vous avertir tout de suite, le débarquement à Valence n’envoie pas spécialement du pâté, et encore moins le fait de prendre le taxi pour se rendre dans la ville. Sur la route pour le centre, les buildings aux allures chafouines se suivent et se ressemblent. En quelques mots, pas de quoi dégainer son appareil et mitrailler dans tous les sens. Mais une fois arrivés à bon port, c’est une autre histoire.

Si Gaudi n’est pas passé par-là, Valence regorge tout de même de petits trésors architecturaux. A commencer par la plaza de l’Ayuntamiento (ou place de la mairie), coeur vibrant de la ville. Cette dernière est le point de départ de tout un tas de rues aux allures « havanesques » dont le charme ne peut pas laisser indifférent. Personnellement, j’ai été agréablement conquise. Le fait que Valence soit une ville très abordable à tous points de vue n’y est pas non plus étranger !

DORMIR 

Pour nous abriter, nous avons joué la carte de l’hôtel et avons « échoué » au AC Hotel Colon Valencia (by Marriott). Pas franchement traditionnel ni ultra-charmant, mais en tout cas très central et pratique pour se balader un peu partout dans la ville.

Pour l’anecdote, pendant les quelques jours de notre séjour, l’établissement a été le théâtre de conférence sur les corridas. Et même qu’une poignée de toreros y était hébergée en marge de leurs « représentations ». Si si, je les ai vus même que.

EN PLUS : Au détour d’une balade dans la ville, j’ai repéré un petit Bed&Breakfast assez sympa. Répondant au doux nom de « Abc You », il m’a tapé dans l’oeil avec sa déco dans l’esprit un peu « Urban Outfitters » (ma marque préférée de la terre). Et puis il, est idéalement situé. Une bonne solution pour une visite courte ou un week-end express.  Pour plus d’infos, https://www.instagram.com/abcbnb/

Capture d’écran 2016-08-23 à 12.07.35

Coffee time chez « Abc You »

A VOIR / A FAIRE

  • Se balader dans la Vieille Ville. Et ce, de jour comme de nuit. Direction plaza de la Virgen avec sa cathédrale et ses nombreux bâtiments historiques. L’un d’eux, le Tribunal de Las Aguas (tribunal des eaux in French) a même été classé patrimoine culturel immatériel de l’humanité par  l’Unesco.
IMG_9287

Sur la plaza de l’Ayuntamiento

  •  Pour vraiment se mettre à l’heure de Valence, n’hésitez pas à aller manger un morceau aux abords du Mercat Central sur les coups de 22h (le marché est lui, ouvert en journée, mais attention aux horaires). Plus local, tu meurs.
  • Emprunter les jardins du Turia, une promenade de 9 kilomètres de long, située sur l’ancien lit du fleuve Turia et qui constitue le poumon vert de la ville. 100% sans voitures et 100% en verdure, ces jardins traversent Valence d’ouest en est pour déboucher sur la Cité des Arts et des Sciences. On peut parcourir ce véritable havre de paix et de tranquillité à pieds, à vélo, en skate, en trottinette, bref en tout ce qu’on veut. Avec un arrêt obligatoire au Palais de la Musique.
  • Flâner dans le « quartier » futuristique du Palais des Arts Reina Sofía, qui comprend aussi la Cité des Sciences, l’Hemisfèric (bulle bizarre abritant un planétarium et un cinéma pour des projections Omnimax), l’Umbracle (voir plus bas) ainsi que le célèbre aquarium de Valence – le plus grand d’Europe (excusez-vous).
IMG_9498

Devant le Palais des Arts Reina Sofia

  • S’offrir une petite session canoë sur les bassins aux eaux bleues transparentes de la Cité des Sciences. Pour une poignée d’euros, vous pouvez vous amuser une grosse dizaine de minutes à manoeuvrer des canoës transparents tout en tentant de garder votre honneur sauf.
IMG_9295

La Cité des Sciences vue depuis l’Opéra

  • Faire la fête au Terraza L’Umbracle, l’une des boîtes de nuit les plus fofolles de Valence car en plein air (oui monsieur !). Perso je n’ai pas eu le plaisir d’y faire chauffer le dancefloor mais ça n’est pas l’envie qui m’en a manqué.

L’Umbracle, Avda. del Professor López Piñero, 5.

IMG_9565

L’Umbracle avec, tout au fond, le nightclub le plus branché de Valence

  • Valence étant la ville de la corrida, elle vibre aussi aux rythmes des soirées mouvementées au sein de La Plaza de Toros, en plein centre ville et qui jouxte la gare centrale. Ceux qui le voudront pourront se rendre au « spectacle » mais je vous préviens, ça sera carrément sans mon consentement.
  • Un peu de shopping. Forcément avec un Zara à tous les coins de rue, difficile d’y résister. Mais on notera aussi la présence d’un magasin Tiger, de la chaîne zinzin qui nous vient de Copenhague. Bricoles rigolotes et autres cadeaux décalés vous y attendent de pieds fermes, même si pour le coup, ça n’est pas vraiment de l’artisanat local. Au rayon lèche-vitrine, une autre adresse à ne pas manquer : Santa Barbara, petite boutique vintage au centre de Valence qui sans être révolutionnaire peut s’avérer être une petite caverne d’Ali Baba.
IMG_9155

En direct de Santa Barbara

IMG_9136

Good girl to heaven, bad girl go backstage.

  • Passer une après-midi à la plage. A la différence de Barcelone, la plage à Valence est quelque peu éloignée du centre-ville mais reste néanmoins rapidement accessible en transport (bus, vélo, ou taxi) (surtout que les taxis coûtent une bouchée de pain). A la différence de Barcelone aussi, la plage à Valence est tout simplement immense. Un vaste tapis de sable fin (et brûlant en fonction de l’heure) sur lequel tout le monde trouve sa petite place. Et ce, pas à deux centimètres pile poil de la serviette du voisin. NB : le front de mer a été préservé des invasions de buildings et autres installations hôtelières. Résultat ? Un charme un poil cubain qui fait son petit effet mais surtout une absence de restaurants et d’endroits pour se ravitailler. Même s’il y a tout de même quelques établissements, mieux vaut prévoir son casse-croûte.
  • Déguster un Mojito fraise (ou melon, ou framboise ou cactus enfin peu importe) au Marina Beach Club. 
IMG_9462

Cheers !

Nouveau hotspot de Valence, cet établissement fleure bon la fiesta caliente d’Ibiza. Piscine avec transats (qu’il faut louer dans l’espace Lounge) (pour ceux qui ont de l’argent) et vue imprenable sur la mer, palmiers, musique électro-chill : tous les ingrédients y sont réunis pour un décor parfait digne des nightclubs les plus prisés du paradis. En bref, un concentré de luxe ensoleillé mais abordable (le mojito à 8 euros) à déguster sans modération de jour comme de nuit !

Marina Beach Club, Calle Marina Real Juan Carlos I.

IMG_9445

Oh rien juste le pied total.

  • A faire aussi (mais je n’ai pas eu le temps) : le bioparc (un peu excentré mais qui apparemment vaut le détour), le jardin botanique et surtout la fête des Fallas. Mais pour cette dernière activité, il faut s’y rendre à la bonne période. Les fallas sont LES festivités par excellence qui animent traditionnellement Valence au mois de mars. La ville se prépare à accueillir le printemps : sur le mode des feux de la Saint-Jean (voire carrément du Burning Man) sont installées des sculptures de bois géantes auxquelles on finit par mettre le feu. Je n’ai pas eu le plaisir d’admirer le spectacle mais il vaut apparemment la chandelle de ce qu’on m’en a dit.

Et au beau milieu de tout ça, il ne faudrait surtout pas oublier de… MANGER ! Voici quelques bonnes adresses pour se remplir la panse. NB : aucun de ces restaurants ne sert de la nourriture espagnole, pour le coup on est plutôt dans le healthy/yummy international. C’est un choix parce qu’entre nous, les tapas, ça n’est pas toujours ce qui est le plus raffiné pour le palais (et là je reste vraiment polie).

  • Federal Café, Calle Embajador Vich 15. (healthy/veggie)

Sans aucun doute mon préféré. Tout est beau, bon, sain et très honnête pour le porte-monnaie. De la « healthy » food comme on aime. Gros plus : l’ambiance chic mais néanmoins hyper détendue. Sans compter les mini-banquettes coincées entre les fenêtres qui offrent la possibilité de manger les pieds dans la rue. Bref, le top.

IMG_9163

Brunch dément au Federal Café.

IMG_9153

L’ambiants chic mais détendue du Federal Café

  • Rawffee, Carrer de Martínez Cubells, 6 (healthy/veggie)

Autre coup de coeur du séjour. D’abord pour la déco (ambiance loft/serre à cactus/salon vintage) et ensuite pour le menu. Si la commande a été assez longue à arriver (pourtant le café était loin d’être full), ça en valait complètement le coup. Comme son nom l’indique, Rawffee propose des repas à base d’ingrédients crus mais pas que. Résultat, le burger végétarien était une petite bombe de perfection. Tout comme la salade de roquette l’accompagnant. Rien qu’en y repensant je bave.

IMG_9004

Formule burger/salade à tomber chez Rawffee

  • La Mas Bonita, Carrer de Cadis, 61 (en ville dans le quartier de Ruzafa) ou Passeig Marítim de la Patacona (au bord de la plage) (healthy/veggie/pâtisseries)

Je l’avais repéré sur plusieurs blog celui-là. Effectivement, c’est plutôt pas mal. Mais le service est carrément long et assez médiocre. L’amabilité n’est pas le fort de la maison. Dommage le houmous et le guacamole sont pourtant des petites tueries.

IMG_9276

Déco festive chez La Mas Bonita

IMG_9284

Salut vous !

  • Los Brindis de Colon. Autre marché de la ville, celui-ci se niche sur une petite place, à deux pas du centre. C’est au détour d’une rue que nous l’avons découvert et la surprise a été à la hauteur du lieu. D’abord l’effet vaste cathédrale rabaisse clairement le caquet et nous fait nous sentir tout petit petit. Ensuite l’architecture ambiance art déco mixée à un brin de modernité ne peut que séduire – d’autant qu’à chaque fois que j’y ai mis les pieds, l’atmosphère était plutôt calme et la foule aux abonnées absentes. NB : Ce « petit » marché n’en est pas véritablement un puisqu’il est principalement constitué de restaurants et bars où casser la croûte sur les coups de 14h ou en début de soirée.
IMG_9019

Les arches majestueuses de Los Brindis de Colon

 

IMG_9141

Pause sandwich

  • San Tommaso, Carrer de la Corretgeria, 39. Venir en Espagne pour manger italien, un peu débile vous dites ? Certes. Sauf que ce restaurant sert les meilleures pâtes de tout Valence. Très variés, les plats au menu sont aussi incroyablement abordables : le must en termes de qualité/prix. Pourquoi se priver ?
IMG_9343

La pasta chez San Tommaso

Voilà, c’est à peu près tout. Mais comme je suis sympa, je vous donne quand même un peu de rab. Si l’envie vous vient de découvrir Valence (j’espère que cet article aura en tout cas su vous titiller), voici une mini-liste d’autres spots à tester dont je n’ai malheureusement pas eu le temps de pousser la porte :

  •  Bastard Coffee Kitchen, qui a l’air vraiment très cool (Calle Leandro de Saralegui,1)
  •  La Petite Brioche Bakery. L’une des cantines préférées des foodistas de Valence.   Brunch classiques principalement. (Carrer de Sorní, 28)
  • Dulce de Leche Café Pasteleria. Un salon de thé pas mal prisé des Valençois. (Carrer d’Alberto Gisbert Pintor, 2)

Hasta luego amigos !

KIDCapture d’écran 2016-08-23 à 13.07.12

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s